• Génériques et BOF

    Pour faire un bon film il faut un bon scénario, un bon réalisateur, un bon metteur en scène, de bons acteurs, un bon public aussi et... une bonne bande son. Certaines bandes son sont même parfois meilleures que le film ! Mais ça c'est un autre sujet.

    Pour une bonne série il faut tout ce qui est cité plus haut et un bon générique.

    Certaines musiques ont survécu aux images, petit voyage dans le monde des génériques et bandes originales de film.

     

  • Pour ceux à qui ce titre n'évoque rien a priori, si je vous dis "L"Exorciste", ça vous parle davantage ?

    Drôle de choix en ce temps plombé par le coronavirus, je vous l'accorde.
    Mais justifié par la mort d'un immense acteur : Max von Sydow.

    Grand, sec, un visage taillé à la serpe, cet acteur suédo-français (depuis 2002) fut l'acteur fétiche d'Ingmar Bergman mais c'est en 1973 que sa notoriété auprès du grand public s'instaure définitivement avec un des films les plus terrifiants à ce jour : l'Exorciste où à 43 ans il incarne le rôle de l'octogénaire Père Merrin.
    On le retrouvera entre autres dans Judge Dredd, Minority Report, le Bazar del'Epouvente, Star Wars ou encore en adorable grand- père dans Heidi.

     

     


    votre commentaire
  • Qui a oublié la scène finale du film Shrek ?
    Un bijou d'animation, de gaité déjantée et de bonne humeur !

    Cette reprise par Eddy Murphy (qui prête sa voix à l'âne en VO) en 2001 fait oublier que ce titre fut écrit par Neil DIamond et qu'il l'interpréta avec les Monkees en 1966. Ce single fut l'un des plus vendus de tous les temps, à dix millions d'exemplaires.

     


    1 commentaire
  • Génériques séries US 80's #1Les années 80 vont marquer un tournant essentiel dans le PAF, une révolution par rapport à la décennie précédente. Sous le mandat de François Mitterrand le monopole des chaînes publiques prend fin, amorcé en 1974 par une refonte complète de l'ancienne ORTF.

    Les premières chaînes câblées voient le jour (Canal J) et en 1984 nait Canal+ première chaîne codée et... payante.
    Mais c'est en 1986 , à 20h30 qu'est lancée en grandes pompes la première chaîne privée commerciale, diffusée en clair : La Cinq, dirigée par un certain Berlusconni.
    En 1986 naissance de "la petite chaîne qui monte", M6 et privatisation de TF1. La télé telle que nous la connaissons aujourd'hui prenait son envol.

    La chaîne des séries sera, à cette époque, La Cinq qui surfe sur le succès des séries américaines auprès du public français.

     

     

     

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • Génériques séries 70's #2La TV est désormais dans presque tous les foyers, en couleur et le public est devenu accro aux séries, surtout américaines ou anglaises, qui ont bigrement évolué par rapport à la décennie précédente.

    Les policiers y sont moins lisses (Rick Hunter) voire carrément insolents, les femmes y font leur apparition en solo (Sergent Anderson) ou en duo (la pétillante Mac Call partenaires de Rick Hunter).
    Qui a oublié le célèbre "Zebra 3 ! Zebra 3 ! Ici le capitaine Dobey ! Répondez ! - Ici Zebra 3 chef vénéré !", du célèbre duo à la Ford Gran Torino rouge, Starsky et Hutch ?

    Les femmes deviennent des super nanas (Super Jaimie et Wonder Woman), mais fin des 70's un nouveau genre allait donner ses lettres de "noblesse" aux monstrueuses sagas familiales, Dallas. Fric, vilénie, coucheries, coups bas en tout genre, Dallas écrase tout !

     

    Lire la suite...


    5 commentaires
  • Samuel Osborne Barber est né en 1910 en Pennsylvanie et décédé en janvier 1981.

    Adagio for Strings-Samuel BarberIl commence à composer dès l'âge de 7 ans et si il ne cède pas au sirènes de l'expérimental, à l'instar de nombre de compositeurs du XXème siècle, il livrera des œuvres cependant modernes tout en respectant une facture traditionnelle.
    En 1936 Sam Barber écrit son quatuor à cordes n°1 Opus 11 et il l'envoie à Arturo Toscanini en 1938... qui le lui renvoie sans un commentaire ce qui vexa Barber. Mais quelque temps plus tard le chef d'orchestre lui fit parvenir un mot expliquant qu'il avait déjà mémorisé le morceau.
    Barber arrangera le deuxième mouvement pour orchestre à cordes et Toscanini jouera la pièce avec l'orchestre symphonique de la NBC en 1938 à NY. Cet adagio for Strings fera le tour du monde et éclipsera le reste de l'œuvre de Barber.

    Ce morceau a été utilisé dans plusieurs films dont Elephant Man, Rollerball ou encore 300.

    Mais c'est dans le film Platoon (arrangé et conduit par Georges Delerue) qu'il me marquera définitivement, ponctuant la mort du sergent Elias (Willem Dafoe) exécuté par le sergent Barnes (Tom Berenger), les deux hommes illustrant deux conceptions de la guerre et le conflit idéologique qui secouait l'Amérique quant à la guerre du Vietnam.

    Outre l'étoile montante Charlie Sheen, reconnaîtras-tu un tout jeune acteur, venu d'une série à succès des années 80, qui tenait là son premier rôle au cinéma et qui est désormais une star ? Tu peux répondre dans les commentaires (sans chercher sur le Net, bien sûr !)

     

     


    4 commentaires
  • Génériques de séries 70'sLes années 70 marqueront le grand tournant de la télévision française (mai 1968 est passé par là), un tournant qui annonce les dérapages d’aujourd’hui. Mais pour le moment, nous sommes dans les années 70 et désormais 70,40 % des foyers sont équipés d'un téléviseur.

    En janvier 1971 apparaissent les premières pub de marques sur la 2ème chaîne (ça râle dur dans les chaumières !) et quelques mois après, la télécommande...pour zapper la pub ?

    Le 31 décembre 1972 c'est le grand jour ! On inaugure la Chaîne 3....en couleur ! Mais curieusement, ça ne suscite pas vraiment l'enthousiasme du public.

    Exactement 2 ans après, l'ORTF est dissoute et les chaînes, encore publiques, ont des gestion séparées : TF1, Antenne 2 et France 3.

    Ces années verront exploser l'arrivée de nouvelles séries dont certaines deviendront cultes et sont encore diffusées aujourd'hui.

    Les reconnaitras-tu ?

     

     

    Lire la suite...


    7 commentaires
  • Chapeau melon et bottes de cuirPour les moins de 50 ans qui passeraient par ici, bienvenue à Jurassik TV !

    Imaginez ! Une image en noir et blanc, son mono, une seule chaîne jusqu'en 1967 et on tournait un gros bouton pour passer de la 1ère chaîne à la deuxième car ces chaînes publiques (appartenant à l'ORTF) n'avaient pas de nom. Presque pas de "réclames" mais 2 ou 3 films le dimanche après-midi (de "vrais" films pas des téléfilms) et celui du dimanche soir.

    Et des séries (on disait feuilletons ), plein de séries en tout genre, historiques (Jacqou le Croquant), policières, de SF, des westerns (mesdames, que celle d'entre vous qui n'a pas fantasmé sur les yeux bleus du jeune Steve Mc Queen me jette la pierre !) et des séries plus farfelues, britanniques en général (la chaussure-téléphone de Max la Menace !).

    Et pas de re re re re diffusions (ou si peu) sur ce jeune medium qui se cherchait en innovant.

     

    Lire la suite...


    7 commentaires
  • WEST SIDE STORY O.s.t.C'est mon film culte, non ! cultissime puisque je l'ai visionné en intégralité 74 fois à ce jour !

    Sorti en 1961, le film WEST SIDE STORY, tiré de la comédie musicale éponyme de 1957, est à la fois un phénomène musical et cinématographique qui dépoussière le genre dans lequel les studios US sont passés maîtres.
    Le film aux 10 oscars a tout pour plaire aux fans du genre et aux autres : une histoire qui s'inscrit dans la société américaine des 60s', des acteurs et danseurs talentueux, une réalisation au cordeau de Robert Wise et Jérôme Robbins et la musique tout simplement superbe de Léonard Bernstein.

    On décrit souvent West Side Story comme le Roméo et Juliette des temps modernes mais je trouve le raccourci simpliste et incomplet.
    C'est aussi (d'abord ?) le tableau d'une société américaine où l'immigration pose le problème de l'intégration dans la société WASP, que cette immigration soit latino, italienne, polonaise, etc. et de la cohabitation de ces populations au sein de quartiers-ghettos tels l'Upper West Side. A noter que les réalisateurs obtinrent de la ville de New-York l'autorisation de tourner dans la partie du quartier qui allait être démolie pour cause de réhabilitation.

    Derrière les mélodies et les danses, West Side Story dénonce cette ghettoïsation et les problèmes qui en découlent : un sous prolétariat sous payé, le chômage, l'alcool, la drogue, la prostitution, la guerre des gangs (à l'époque ce sont encore des "bandes") et déjà la guerre de territoires.

    C'était en 1961... en 58 ans l'Amérique a oublié d'évoluer mais passons à la BOF

    Personnages principaux. Formidable Rita Moreno dans le rôle d'Anita !

     

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • La rencontre qui met le feu aux poudresCulte... cultissime, voire mythique.

    En tout manque d'objectivité, c'est ce qui me vient à l'esprit quand je pense West Side Story, le film, en général et à cette scène en particulier, "America".

    Sur un toit du Upper West Side, dans le quartier des latinos (chicanos à l'époque), la bande des Sharks se retrouve avec leurs petites amies après une soirée dansante, censée réconcilier Jets (les Blancs) et les Sharks portoricains.
    Mais la rencontre entre Tony, ancien fondateur et chef des Jets, et Maria, la sœur de Bernardo, chef des Sharks, fait échouer cette tentative. Anita (incarnée avec pétulance par Rita Moreno) l'amie de Bernardo (superbe Georges Chakiris) comprend que celui-ci va prendre cette rencontre pour "déclencher la 3ème guerre mondiale" et en découdre une bonne fois pour toutes avec les Jets.

     

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Aux yeux des jeunes trends d'aujourd'hui, les 70's et les 80's sont les décennies de la "beaufitude", autrement dit des boloss et autres "marcels".

    Ce n'est pas faux mais...qu'est-ce qu'on se marrait !
    C'était avant la solitude des réseaux "sociaux", avant que la dictature des "influenceurs" impose des modes aux "followers" lobotomisés.

    On était beaufs mais on assumait !

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique