• Alan STIVELL 1972En cette année 1972 une vague venue de Bretagne allait inonder la France et faire bien des émules de la cause indépendantiste breizh.

    A cette époque les indépendantistes du FLB (Front de libération de la Bretagne) n'avait rien à envier à leurs homologues Corses ou Basques et ils n'hésitaient pas à faire parler la poudre lors de spectaculaires attentats, comme la destruction de l'antenne de Ploemeur Bodou.
    Mais auprès des lycéens dont j'étais, un homme allait porter la parole bretonne bien au-delà des limites de la région : Alan Stivell.

    Si avant l'album Olympia 1972 que je vous présente aujourd'hui il bénéficiait d'une certaine notoriété auprès de l'intelligentsia, c'est cet album qui le révèlera vraiment au grand public et à la jeunesse en particulier.
    Le personnage peut agacer (voire plus) mais on lui doit beaucoup pour la reconnaissance de la culture bretonne.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Bagad KERLENN PONDIQui dit Bretagne dit ?... J'attends ! Qui a dit "pluie" ?!!! Sachez insolent que "En Bretagne il ne pleut que sur les cons !".
    Plus sérieusement, qui dit Bretagne dit bagad.
    Bien sûr le premier nom qui vient à l'esprit est celui du célèbre Bagad de Lann Bihoué mais en Bretagne il y plus de bagadou que de menhirs !

    Parmi ceux-ci le bagad de Kerlenn Pondi fondé en 1953 à Pontivy dans le Morbihan ( petite (bihan) mer (mor) )

    Moins connu du grand public que le bagad Kemper ou le bagad Locoal Mendon, il montera en puissance dans les années 90 et remportera le Championnat national des bagadou en 2001.
    Cette année à Lorient, il accède à la 3ème marche du podium, face au bagad Cap Caval, à la grande satisfaction de son penn soner (sonneur de tête) Simon Lotout pour qui cette 3ème place couronne les efforts du groupe.

    Entre ballades traditionnelles, laridés et gavottes, rendez-vous avec ces sonneurs reconnaissables aux gilets locaux de mouton blanc.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Bagad KemperLe bagad1 Kemper est un des bagadoù de la ville de Quimper dans le Finistère.
    C'est un des plus anciens bagadoù.

    De 1923 à 1937 Le Festival de Cornouailles invitait les reines des villes voisines pour l'élection de la reine du festival. Cette fête de charité au profit des soldats de la Première Guerre mondiale fut suspendue pendant la Deuxième.
    Le Festival est relancé en 1948 en passant de la simple fête de charité à un vrai petit festival.

    Cette année là, Ronan Cadiou participe au "triomphe des sonneurs". Enthousiaste, le sonneur rencontre Polig Montjarret qui œuvre au sein du B.A.S.2 pour lui faire part de son projet : créer une formation au sein de la ville de Quimper.
    La formation verra le jour en 1949 sous le nom de Kevreen C'hlazig et en 1950 elle affiche sa devise "war rodoù hon tadoù" (sur les traces de nos pères). Elle devient une association en 1951 et participe tout de suite au championnat national des bagadoù, ainsi que l'année suivante. C'est aussi en 1952 que le jeune bagad fait sont premier déplacement à Innsbrück.
    Mais au niveau du B.A.S. le bagad rencontre des problèmes dès 1950. Des membres de Kevreen C'hlazig rejoignent d'autres bagadoù qui se créent alentours, or le règlement est clair : pour concourir, les membres ne peuvent pas appartenir à plusieurs formations et en 1954 le groupe ne compte plus assez de membres. Mais cette année là l'appellation Bagad Kemper de la Kevreen C'hlazig est utilisée pour la première fois.

    Il faudra quatre ans pour que le groupe reconstitue ses effectifs et en 1958 il peut de nouveau concourir au championnat national. Il vise l'excellence mais ses performances, pourtant fort honorables, le cantonne à la troisième puis deuxième catégorie.

    Mais le bagad vise la première catégorie, et en tête de préférence.

     

    Bagad Kemper

     

    Lire la suite...


    5 commentaires
  • Petite fille d'auvergnate par ma grand-mère maternelle, j'étais encore un bébé quand ma mémé me faisait écouter ses vieux 78 tours qui lui rappelaient sa région natale.

    J'ai quitté mon doux pays,
    Mais j'ai laissé mon cœur... ♫♪♪

    Qui a lu Sans famille d'Hector Malot se rappelle encore Maman Barberin avec sa coiffe blanche et j'ai été durablement marquée par ces images d'Épinal.

    Pays de volcans endormis, l'Auvergne est aussi terroir culinaire : sa potée, ses tripoux bien plus fins que les tripes de Caen, son aligot, purée de pommes de terre à la tomme d'Auvergne (je vous conseille la "vraie", la fermière au lait de vaches de Salers) qui se travaille à la force du bras jusqu'à ce que la purée forme un beau ruban entre la cuiller en bois et le caquelon à cul épais que l'on coupe aux ciseaux pour la servir.  Goûtez aussi le gaperon, un fromage qui cache une fine saveur sous sa rustique rondeur. Arrosez le tout d'un petit Saint Pourçain (rouge pour moi) et vous êtes fin prêts pour une sieste !

    Et bien sûr, pour la note locale, un des airs les plus connus !

     

     


    1 commentaire
  • Direction les Pyrénées Orientales, en Occitanie et plus précisément en Catalogne du nord.
    Pourquoi ce distinguo ?
    La Catalogne, ou plus exactement Les Pays Catalans, désigne les territoires de culture catalane, où on parle catalan et qui sont répartis sur quatre pays : l'Espagne, la France, l'Andorre et l'Italie.
    Si les Catalans français ne revendiquent pas leur indépendance, il n'en reste pas moins qu'ils défendent farouchement leur culture.

    Si la sardane est la danse emblématique catalane, je n'ai malheureusement pas trouvé de documentation sur les origines de cette danse des cerceaux  que je vous laisse admirer.

     


    4 commentaires
  • Crédit Niko67000 Travail personnelJe vous emmène aujourd'hui à l'est de la France, en Alsace, pour une rapide découverte de cette région à l'histoire mouvementée.
    Malheureux Alsaciens passant au gré de l'Histoire et des guerres tantôt sous l'autorité allemande, tantôt sous l'autorité française. Formée par le Haut Rhin et le Bas Rhin, l'Alsace change de nom au gré des réformes territoriales plus ou moins heureuses des gouvernements successifs. Devenue Collectivité Européenne d'Alsace depuis le 2 janvier 2021, sans consultation des Alsaciens et dans un flou qui réveille les tensions entre les 2 départements, ce statut cristallise également la colère des Français pour qui cette "européanisation" va à l'encontre d'un sentiment national.

     

    Lire la suite...


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique