• Zik potin'fos

    Au hasard du calendrier, des infos, des potins, sur scène et en coulisse.

    Et des digressions aussi !

  • Pardonnez-moi cet emprunt à Michel Audiard qui mit cette réplique culte dans la bouche d'un Francis Blanche hystérique, un des Tontons Flingueurs.
    Mais c'est le cri que j'entends dans ma tête quand je constate les pratiques du Net.

    Oublié le concept utopique du Grand Savoir partagé : on se fait rançonner comme au coin d'un bois à ceci près que désormais les coupe-jarrets se cachent derrière chaque clic.
    Et ça me donne envie de mettre des claques !

    Je ne compte plus les fois où il me fallut mettre à jour certains billets suite à la suppression des vidéos. Le spécialiste est le sieur Patrick Hernandez qui pourchasse les utilisateurs des vidéos en lignes avec une telle célérité qu'on en déduit qu'il n'a que ça à faire (ce qui doit être le cas vu l'étendue de son œuvre ¿!).
    Quant à la plateforme sur laquelle je vais ai trouvé nombre de petites perles répertoriées ici, elle est en train de virer à la coquille vide.

    Alors oui, je comprends que les artistes doivent pouvoir vivre de leur travail, c'est on ne peut plus normal.

    Mais il vient un moment où il faut aussi rappeler quelques réalités.

    Il y a deux ans j'eus un échange certes fort amène mais musclé avec Mr Youtube qui me demandait des droits sur une vidéo. Il agissait à la demande d'un pianiste de deuxième zone interprétant un air de Gounod je crois.

    Il me fut donc facile de rétorquer que primo ce monsieur n'était jamais que l'interprète d'une œuvre de plus de 70 ans donc tombée dans le domaine public, et deuzio, qu'à moins qu'il puisse attester par acte notarié qu'il était un ayant-droit descendant de Mr Gounod, décédé en 1893, il avait le droit de me demander... peau de balle !

    Emportée par mon élan, je suis allée jusqu'à écrire que, concernant certains (voire nombre) d'artistes, c'est EUX qui devraient NOUS payer.

    Sans nous, petites mains des blogs ou des sites, il y a belle lurette qu'ils auraient disparu dans l’immense gouffre de l'oubli dont leur talent, parfois très relatif, les avait momentanément sortis !
    Car, mine de rien, alors que pratiquement tous les media les ont oubliés, nous sommes un vecteur publicitaire  !

    Mr Youtube m'a fort aimablement répondu (à ma grande surprise) qu'après étude de mes arguments, je devais considérer leur demande comme nulle et non avenue.

    Aaah ! je me sens mieux tout à coup !


    12 commentaires
  • En Voyage avec ABBAC'est la nouvelle qui fait le buzz dans les media : ABBA se reforme, sort un nouvel album intitulé Voyage et entame une tournée au printemps 2022.

    Le quatuor de septuagénaires qui s'était séparé en 1982 pour poursuivre des carrières solo plus ou moins réussies, s'est donc retrouvé pour composer les 10 nouveaux titres de ce nouvel album qui sortira le 5 novembre.

    La nouvelle réjouit bien sûr les fans (encore nombreux) du groupe.

    C'est un sacré pari pour les quatre Suédois et peut-être un gros coup de nostalgie si j'en juge par leur nouveau clip, véritable diaporama du groupe au siècle dernier.
    La tournée débutera à Londres. Tiendront-ils le coup ? Eux, on ne sait pas mais leurs hologrammes ne devraient pas trop souffrir. Bon, perso j'avoue que payer une place de concert pour voir des hologrammes, je trouve ça limite...

    Voici un des titres présentés par ABBA, Still have faith in you (J'ai encore foi en toi).
    C'est sirupeux, musicalement un peu cheap mais pour les nostalgiques ça devrait le faire.

     

               


    6 commentaires
  • Sheila, "la petite fille de Français moyens", n'aime visiblement pas ceux utilisés par le premier ministre et le SIG (Service de Propagande* du Gouvernement)  pour promouvoir la vaccination avec Astra Zeneca.

    *ERRATUM : Le SIG est en réalité le Service d'INFORMATION du Gouvernement et non de Propagande. Une regrettable faute d'interprétation qui vaudra à son auteur une double dose d'Astra Zennecca !

    C'est un article du Canard Enchaîné qui révèle une vaste opération de comm voulue par les gouvernement : recruter des stars bien connues du grand public qui se feront vacciner sous l'œil des caméras aux fins d'une grande campagne télévisuelle. L'entourage a avancé le nom de Sheila, visiblement de façon hasardeuse, car la chanteuse a vivement réagi quand l'info a fuité dans les media !

     

    https://twitter.com/Sheilaofficiel/status/138556https://twitter.com/Sheilaofficiel/status/1385566137556029442?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1385566137556029442%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_c10&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.gala.fr%2Fl_actu%2Fnews_de_stars%2Fvideo-sheila-dans-le-viseur-de-jean-castex-elle-sexplique-face-a-ruquier_4675246137556029442?s=20

    https://twitter.com/Sheilaofficiel/status/1385566137556029442?s=20


    votre commentaire
  • Je me suis souvent prononcée dans ces colonnes quant à ma méfiance concernant les reprises de titres, pas toujours heureuses.
    A fortiori les reprises de chants militants sont encore plus casse-gueule !

    Comme de nombreux téléspectateurs, c'est lors de l'émission Quotidien que je découvre la reprise de la chanson Marine créée par Diam's en 2004.

    Quelle soupe infâme et fadasse !
    Militantisme de bobos (un comble pour des meufs de banlieue) qui a laissé bibi baba !

    Là où une Diam's y met ses tripes et son cœur, Amel Bent, Camelia Jordana et Vitaa y mettent roucoulades et maquillage impeccable.
    Arrangements façon bossa nova versus rap, voix susurrantes toutes en vibe et vibratos versus cri du cœur : là où Diam's tirait à boulets rouges sur un risque à venir, les trois "sœurs" sortent le water soccer pour éteindre la flamme de l'extrême droite qui a carbonisé les idéaux républicains.

    D'une profession de foi les trois artistes ont fait un tube, creux, vide et un tantinet vaniteux, complètement inefficace par rapport à l'original.

    Sur la Toile les critiques ne se sont pas fait attendre et l'argument d'Amel Bent est assez sidérant "On n'est pas des politiques, on n'est pas là pour saper un programme politique. On est juste là pour dire : ailleurs il n'y a peut-être pas de solution, mais c'est surement pas avec la haine qu'on trouvera la paix." (Quotidien, 5 avril 2021).

    Mais alors, pourquoi avoir choisi cette chanson ?
    Je ne doute pas de leur sincérité mais quelle incohérence ! Quel ratage !

    Cette chanson est le premier single extrait du futur album "Sorore", sorti chez Indifference Prod.
    Ça, c'est cohérent !

     


    4 commentaires
  • SHEILA Le retourCe n'est pas lui manquer de respect que de dire qu'elle fait partie du patrimoine national !

    La "Petite fille de Français moyens" a bercé la vie de notre génération, enchainant les tubes comme d'autres enfilent les perles. De L'École est finie à Spacer, en passant par Bang Bang ou Les Gondoles à Venise sans oublier Comme les Rois Mages, on a tous en tête au moins un titre de SHEILA.

    Icône des années yéyé entièrement façonnée par Claude Carrère, dans les années 80 elle se rebiffe en dénonçant un univers où la femme est un produit de vente et elle se brouille avec le producteur, au risque de mettre sa carrière en jeu.
    Mais elle en a sous le pied ! Elle suit les modes et rebondit en prenant tout le monde à contre-pied en lançant un premier single disco en 1977, Love me Baby sous le nom S. B. Devotion. Personne ne sait que S c'est Sheila jusqu'à son apparition sur scène en short moulant à paillettes, dansant avec 3 danseurs noirs, ce qui à l'époque est d'une audace folle ! Elle devient une star du disco dans toutes l'Europe.

    Mais derrière les paillettes de Sheila, Annie Chancel la femme fait face à des difficultés moins glamour ; une rumeur odieuse sur son genre, d'autres sur sa vie privée, le clash avec Claude Carrère, la médiatisation de son divorce avec Ringo et par dessus-tout la mort par over dose de son fils Ludovic. Le tout abondamment commenté par une presse plus ou moins bienveillante.

    A 76 ans, la chanteuse a repris le chemin des studios pour enregistrer un nouvel album qui sortira le 2 avril prochain, Venue d'ailleurs.
    Dans cet album intime, elle se livre en chantant sur le fil de l'émotion ces épisodes qui encore aujourd'hui restent douloureux.

    Site officiel

     

     


    2 commentaires
  • Bienvenue en Idiocratie !

    Il était une fois un tunnel en Belgique, qui portait le nom du roi Léopold II qui régna quand la Belgique était encore une puissance coloniale. Quelle horreur !
    Décision fut prise de rebaptiser ledit tunnel du nom d'une icône de la chanson francophone : Annie Cordy.
    Dame Mireille-Tsheusi Robert, Belge d'origine congolaise, s'en vint toute émue sur le plateau de la RTBF, fustigeant ce choix. Las ! Quel crime a donc commis la pétulante Annie pour s'attirer les foudres de la présidente de l'association BAMKO ?

    Elle a chanté une chanson raciste ! Ouiiii ! Une chanson qui porte atteinte à la dignité des Noirs, un hymne qui les ridiculisent, une chanson affreusement subversive : Cho Ka ka O !

     

     

    Ce qui aurait pu rester une anecdote télévisuelle chez nos voisins dépasse les frontières et fait débat dans les pays francophones.
    Je ne résiste pas au "plaisir" de vous montrer à quelles hauteurs monte les débats avec cet extrait de l'émission TV Comptoir (en fin de journée) :

     

     

    Il va y avoir une sacrée bagarre quand il s'agira de définir un stéréotype de la connerie tant les modèles se multiplient ! La parthénogenèse de la bêtise intolérante !

    Interdisons ! Censurons ! Bâillonnons ! Il ne restera plus rien !

    Interdisons La casquette du père Bugeaud qui a sur les mains le sang de la répression en Algérie. Censurons Les p'tites femmes de Pigalle de Serge Lama, ou Prosper de Chevalier, qui font l'apologie de la prostitution et donc de l'exploitation de la femme ! Interdisons la chanson Lemon Incest de Gainsbourg ! Au pilori Jacques Brel et ses Flamingants qui fait l'apologie du séparatisme belge ! Censurons Hécatombe de Brassens ou Le Gorille qui incitent à la violence contre personnes ayant autorité !

    Il y a peu nous dénoncions les ayatollahs et talibans mais ils sont parmi nous !
    Oh ! Certes ! Sans turbans ni barbe mais avec la volonté de plier notre pensée à l'aulne de leurs frustrations et de leurs complexes. Une pensée unique, lissée, formatée.

    Mais ces censeurs de tout poil oublient qu'à réécrire l'Histoire et en effacer la réalité, ils perdront à plus ou moins long terme la justification même de leurs luttes ! La colonisation ? Jamais existé ! Les violences aux femmes ? Où !

    Mesdames et messieurs les censeurs, je vous emmerde !

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique