• En concert

    Le spectacle vivant à votre portée.

    Places assises toujours disponibles et masques tout à fait dispensables !

  • Au mois de mai, dans ces mêmes colonnes, je vous proposais une galerie de portraits, parfois brossés au vitriol par Jacques Brel mais aussi avec tendresse.

    Pour inaugurer cette nouvelle rubrique, à tout seigneur tout honneur, je vous invite à un concert du Grand Jacques, enregistré en 1964.
    Je doute fort que la scène soit celle de l'Olympia comme l'indique le complément d'info) mais quel plaisir de le retrouver sur cette scène intimiste ! Pas de grands effets spéciaux, juste cet homme acteur dont le corps tout entier vit ses chansons et incarne ses personnages.
    Ah ! quel portrait de Jeff ! Terrible !

     

     


    1 commentaire
  • Rencontre incroyable du génial Georgio Moroder et de l'orchestre de l'Opéra de Sydney !

    Les reprises du "grand-père" de l'EDM (Electro Digital Music) sont énormes (même si je reproche par moments une faiblesse sur le son des synthés, comme sur le titre Chase) ! Les parties vocales sont étonnantes.
    Des tubes écrits pour Donna Summer ou Blondie (étonnante reprise de Call me !), à ses musiques de film (Midnight Express) en passant par le cultissime From here to Eternity, c'est un pur moment de plaisir !

     


    6 commentaires
  • Un voyage dans le temps de cinquante ans en arrière pour retrouver une (voire LA) chanteuse dont je suis fan : Dalida.

    Cette semaine je vous emmène à l'Olympia.
    Nous sommes en novembre 1971 et Dalida chantera à guichets fermés pendant deux semaines. Pour ce récital elle a souhaité, un peu seule contre tous, briser son image de chanteuse de variété pour interpréter des chansons à texte.
    Pas de paillettes mais une robe blanche toute simple (signée Balmain) qui lui vaudra le surnom "l'orchidée blanche". Un jeu de scène minimaliste mais parfaitement étudié mais surtout ce côté tragédienne qui prend aux tripes.

    Quelle émotion quand elle interprète Une Vie, elle qui a toujours rêvé d'être mère, et qu'elle enchaîne juste après Avec le temps ! Deux curiosités : une chanson interprétée en hébreu (Hene Matov) et un vibrant Mamy Blue en italien.
    Et une intense vibration quand elle interprète Ciao Amore Ciao de l'homme qu'elle a tant aimé, Luigi Tenco qui se suicide lors de leur participation au Festival de San Remo.
    Si la qualité de l'image est moyenne (on est à l'époque de la VHS), le son est excellent.

    Concert : 34 mn + audio live

     


    2 commentaires
  • Issu de la vague pop rock rennaise des années 80, Étienne Daho a marqué la chanson française de succès incontournables (Tombé pour la France, Tattoo, Week-end à Rome, le Grand Someil).

    Même si il s'est fait plus discret depuis le début des années 2000, il est encore très présent dans la vie artistique (à travers de nombreuses collaborations entre autres) et chaque nouvel album est un évènement.

    Rendez-vous avec un des chanteurs les plus talentueux et classes de la pop française.

     


    2 commentaires
  • Fort de son diplôme de chef d'orchestre, le Maestro a toujours refusé de conduire un orchestre dans un cadre autre que sa propre musique.

    Ce concert filmé sur la célébrissime Place Saint Marc de Venise le 11 septembre 2007, sera également joué aux Nations Unies en hommage aux victimes du 11 septembre 2001 mais aussi pour toutes les victimes innocentes à travers le monde.

    Ennio Morricone dirige l'Orchestre symphonique de Rome et le Chœur de Fenice avec la présence de la soprano Susanna Rigacci.

    Frissons et émotion garantis !

     

     


    2 commentaires
  • Il y a un an je consacrais un article au grand Jeff Goldblum (à tous les sens du terme) et à son talent de pianiste de jazz.

    Je vous invite à vingt minutes de pur bonheur scénique, entre jazz et stand up qui rend le jazz gai et sympathique !

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique