• Maxime le Forestier 1972

    Maime le Forestier 1972Si certaines chansons sont intemporelles, d'autres marquent une époque et posent des jalons générationnels et sociétaux, voire idéologiques.

    Quatre ans après 1968, même si les rues avaient repris visage urbain et que les révolutionnaires de l'époque allaient devenir les bourgeois de demain (n'est-ce pas M. Cohn Bendit !), les enfants étaient devenus des pré-ados, les élèves siégeaient aux conseils de classe et aux conseils d'administration des bahuts et ils comptaient bien finit le boulot !

    C'est en 1972 que Maxime le Forestier, jeune auteur compositeur de 23 ans, allait sortir son premier album à la fois sentimental et contestataire avec des tubes qui traverseront le temps : San Francisco, Mon frère ou encore Education sentimentale.

     

    Derrière les mélodies légères, certains titres annoncent déjà des combats à venir tels l'écologie (Comme un arbre) ou un antimilitarisme alimenté par les cicatrices de la guerre d'Algérie ou celle du Viet Nam qui en 1972 napalmait les villageois sans distinction de camp (Parachutiste).

    Ces titres nous accompagnaient toujours quelques années plus tard, quand approchaient les vacances et que nous faisions cours sur les pelouses, donnant à nos lycées de province des airs de campus américains, car après une demie-heure ou trois quarts d'heure, il y avait toujours quelqu'un pour sortir une guitare de sa housse et de la beu de sa besace. Nostalgie d'une époque humaniste.

     

    « Mon onc' Serge : l'âge de bièreMarches militaires allemandes »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 14 Novembre 2019 à 09:33

    Bonjour

    de ses titres ceux que je connais et apprécie sont :

     

    San Francisco (bien sur comme beaucoup de gens)

    Comme Un Arbre

    Mon Frere

    Education Sentimentale

    Ca Sert A Quoi

    Fontenay Aux Roses

     

    merci de ce partage

    qui me change aussi de mes "dance pop" variétés

      • Jeudi 14 Novembre 2019 à 17:55

        Anecdote sur le titre Parachutiste plus connu aux USA qu'en France, car Joan Baez l'a chantée au Vietnam et sur les campus américains.

        En France Michel Debré, alors ministre de la Défense sous Pompidou, si ma mémoire ne me trompe pas, veut faire passer une loi supprimant le sursis pour les étudiants, les soutiens de famille.
        Réaction immédiate : la jeunesse est dans la rue !

        A Valence, en plein milieu du boulevard, il y avait la Maison de l'Armée. Nous étions nombreux, pour une si petite ville, environ un millier. Sitting devant l'entrée principale et après l'incontournable "Debré si tu continues, tu seras pendu par la peau des fesses, Debré si tu continues, tu seras pendu par la peau du cul", nous nous sommes mis à chanter Parachutiste à tue-tête ! Réaction immédiate : une trentaine de jeunes trouffions sortent en panique, fusil mitrailleurs à la main ! Si les appelés étaient plutôt bienveillants, les engagés ont moins apprécié !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :