• Marie-Paule BELLE et talentueuse

    Un nez à sentir péter les anges, des yeux en boutons de bottines et un sourire à la fois franc et généreux. En voyant la tête couronnée de bouclettes comme autant d'accroche-cœurs se pencher vers le piano je m'apprête à zapper car pas le moment pour des chansons intimistes, cette journée m'a apporté ma dose de cafard. Mais dès les premières notes les accroche-cœurs de la brunette me harponnent et la voix acidulée à la gouaille joyeuse fait naître un sourire.

    Marie-Paule BELLE "Je ne suis pas Parisienne,
    ça me gêne, ça me gêne.
    Je ne suis pas dans le vent,
    c'est navrant, c'est navrant !
    Aucune bizarrerie,
    ça m'ennuie, ça m'ennuie.
    Pas la moindre affectation,
    je ne suis pas dans le ton ! [...]"

    Saperlipopette ! C'est l'enfant naturelle d'Offenbach et Mistinguett, une Pierre Perret en jupons et je suis amoureuse ! Je ris franchement.

    Comme beaucoup, je venais de découvrir Marie-Paule BELLE, une grande artiste et une sacrée bonne femme !

     

    Les débuts presque confidentiels

    Marie-Paule BELLE enfantMarie-Paule BELLE voit le jour le 25 janvier 1946 à Pont Sainte Maxence (Oise), dans un foyer tranquille où maman lui enseigne le piano très tôt tandis que papa reçoit ses patients dans le cabinet aménagé dans l'appartement familial. Elle coule une enfance tranquille, peut-être un peu bruyante parfois :
    "J'ai le souvenir de mon père sortant de son cabinet de médecin avec son stéthoscope autour du cou, il disait : moins fort le piano j'écoute le cœur des gens et j'entends ton piano dedans !
    J'ai gardé cette phrase dans ma mémoire et ensuite j'ai écrit une chanson. Mais elle n'est jamais sortie, elle est dans mon ordinateur comme beaucoup de mes chansons, en attente d'être connue ou complètement oubliée.
    " (source France Culture - Les Nuits rêvées 14/05/2017)

     La banlieusarde devient Parisienne

    A la fin des années 60, après la mort de sa mère, Marie-Paul BELLE quitte l'Oise (c'est encore la campagne à l'époque) et "monte" à Paris pour poursuivre des études en psychologie, matière où elle décroche une maîtrise.
    Elle fréquente les cabarets tels "L'Échelle de Jacob" et surtout "L'Écluse" où Barbara fit ses débuts, et qui engage la jeune Marie-Paule en 70.

    Une entrée discrète mais remarquée

    Sur un pari avec des copains, Marie-Paule BELLE s'inscrit à un concours télévisé sur la chaîne monégasque RMC. Elle le remporte et enregistre son premier 45 T qui restera plutôt confidentiel.

    Le 1er janvier 1973 son premier album Ça m'est égal sort dans l'indifférence quasi générale du grand public. Celui-ci la découvre vraiment grâce à Philippe Bouvard qui l'invite sur le plateau de son émission "Samedi soir" en deuxième partie de soirée. Le principe de l'émission, tournée dans un salon de chez Maxim's est simple : au cours de ce qui est le premier "talk show" de l'histoire télévisuelle, Bouvard reçoit un artiste ayant une actualité, qui joue un titre avant d'être soumis aux questions (parfois vachardes) de son hôte. Pour Marie-Paule Belle Bouvard va faire une exception : il lui fait interpréter deux titres : Wolfgang et moi ainsi que Nosferatu.
    Ceux qui ont connu les "années Bouvard", savent que l'instant est rare car l'animateur ne cache pas son admiration pour le talent de cette chanteuse inconnue comme le montre cette vidéo.

    Son public, s'il s'est grandement élargi grâce à cette émission, reste encore plutôt confidentiel. La France écoute Claude François, Dalida, Patrick Juvet ou encore Stone et Charden, etc., stars indéboulonnables des programmations radio et de leurs hits parades.
    Mais les professionnels et critiques de la chanson, eux, ne s'y trompent pas et les premières récompenses tombent : prix de l'Académie Charles Cros, de l'Académie du Disque et en 1974, à Spa, l'Association RPF lui décerne le Grand Prix de la Chanson française lui ouvrant les antennes des radios publiques européennes francophones.

    En 1974 elle fait sa première grande scène à Bobino.
    En 1975, au cabaret de L'Écluse, elle rencontre Serge Lama avec qui elle part en tournée dans toute la France. Une vraie histoire d'amitié se noue entre eux et elle lui écrira la chanson "Mon Nez".
    Entre 1975 et 1981 ils feront 250 concerts ensemble.

    La Parisienne est éclectique

    La consécration en un tube

    Marie-Paule BELLE (non contractuelle)En 1976 sort l'album Celui.
    La chanson éponyme est un hommage à son ami Serge Lama qui, depuis, signe les SMS qu'il lui envoie "Celui".

    Mais une chanson va enfin révéler le talent de Marie-Paule BELLE au grand public. C'est "La Parisienne" !
    Savoureuse et coquine caricature de la Parisienne telle qu'on l'imaginait (et qui annonce les "bobos" d'aujourd'hui), cette chanson rallie les suffrages de tous les publics !
    Une musique, signée Marie-Paul BELLE, qui a des airs de Vie Parisienne d'Offenbach, des paroles signées Françoise Mallet-Joris et Michel Grisolia, La Parisienne s'invite dans tous les foyers.

    Aujourd'hui encore c'est le titre que tout le monde associe à Marie-Paule BELLE parmi tous ceux qu'elle a écrits et interprétés.
    Il faut dire que c'est un résumé de son talent ou plus précisément de ses talents : musicienne et compositrice accomplie, une voix qui sans être magistrale s'amuse des notes et s'adapte aux personnages qu'elle incarne car de Léopoldine Mozart, en passant par La Brinvilliers (l'affaire des poisons au XVIIème) jusqu'à la Biaiseuse, elle ne se contente pas de les chanter mais les incarne et également un talent de comédienne tant dans la gestuelle (certes réduite face à un piano) que dans son visage où les expressions se succèdent aussi vite que les notes qu'elle égraine.

    Marie-Paule BELLE a bien essayé de s'affranchir un peu de ce personnage en interprétant ce titre en début de concert mais peine perdue ! Le public le redemande en rappel !

    Du chant à la comédie

    Après la sortie de Celui, Marie-Paul BELLE se produit à l'Olympia (1978) et au Théâtre des Variétés (1980). Elle enchaîne les tournées dans les pays francophones jusqu'en 1985.

    Même si elle sort onze albums studios après Celui, elle ne sortira plus de tubes tel La Parisienne. Un titre se détache, qui accrochera le public par son caractère coquin : La Biaiseuse.
    Créé en 1912, ce titre fut interprété par Annie Cordy. Celle-ci fut d'ailleurs très émue d'entendre son amie Marie-Paule reprendre ce titre lors de l'émission "C'est votre vie" que Stéphane Berne lui a consacrée en 2015.

    Marie-Paule BELLE se lance dans la comédie.
    Elle jouera notamment dans une pièce de Labiche au Festival d'Avignon mais également, en 2006, dans Les Monologues du vagin d'Eve Ensler.

    Mais elle n'a pas abandonné la musique pour autant.
    Loin du tapage et des strass du show-business, elle continue de composer et on continue de lui proposer des textes faits pour elle (Françoise Mallet-Joris et Michel Grisolia bien sûr, mais également William Sheller, Pierre Jolivet ou Isabelle Mayereau entre autres).

    En 1988 elle est faite Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres puis elle sera décorée de l'Ordre du Mérite.

    Marie-Paule BELLE (source Le Point)

     La BELLE toujours au cœur de son public

    Si depuis la sortie de La Parisienne, Marie-Paule BELLE est moins sous les spots des media (qui ne l'ont cependant pas oubliée), elle a gardé un public d'une fidélité indéfectible pour qui elle ne cesse de composer et de jouer.

    L'hommage à Barbara

    Barbara, qui elle aussi fit ses débuts à l'Écluse, fut le modèle de la jeune Marie-Paule, celle qui lui donna cette envie de chanter et qui l'inspira.

    En 2001 elle crée un premier spectacle en hommage à "la grande dame brune".
    En 2010 c'est un deuxième spectacle hommage où, outre son répertoire, elle interprète également des titres de son idole. Elle le jouera à l'Alhambra devant un public conquis puis ce sera une tournée dans toute la France et ensuite au Luxembourg, en Belgique et en Suisse.
    L'album qui suivra sera un succès.

    Une longue histoire d'amour et de sincérité

    A l'heure où le "like" fait les réputations et les dézingue aussi vite, la longévité de Marie-Paule BELLE peut surprendre. Comment expliquer l'amour fidèle du public ?

    Une femme moderne avant l'heure

    Marie-Paule BELLE incarne une modernité assez inattendue pour son époque.
    Par ses choix de carrière en premier lieu, car rares sont les femmes auteures-compositrices qui osent affronter seules la scène.
    Par ses choix artistiques ensuite. Impertinente, drôle, gouailleuse voire coquine et libidineuse, elle aborde avec le même talent des registres plus romantiques et plus graves (Berlin des années 20, La Petite Écriture grise...) mais également des problèmes de société tels l'homosexualité (Celles qui aiment elles, Les Princes travestis), ou la condition féminine (Mes Bourrelets d'Antan, Une Boucle un Trou) et même celui des violences policières (La Matraque) !

    Loin des féministes gueulardes et revanchardes (parait qu'il ne faut plus dire "hystériques" :), Marie-Paule vit sa vie de femme en toute simplicité au point que sa liaison avec l'écrivain Françoise Mallet-Joris, de 1970 à 1981, connue de tous, ne fera jamais scandale tant elle était naturelle et évidente pour les deux femmes, même si les deux femmes ne furent pas reçues par les media sans une petite arrière-pensée.
    En 2020, Marie-Paule BELLE a consacré un livre à celle qui est encore l'amour de sa vie par delà la rupture et la mort, "Comme si tu étais toujours là".

    C'est tout cela que le public retrouve et aime dans l'attachante et encore pétillante "Parisienne" et il le prouve quand près de 800 internautes produisent son dernier album, "ReBelle" en 2011.
    Le dernier ? Peut-être pas, il semble qu'un nouvel album soit en préparation.

    NOTA : la tournée prévue en mars, annulée pour cause de Covid, est reportée en 2022.

    ♦ Site officiel

            

     

    « La Parisienne-Marie Paule BelleLed Zeppelin - Kashmir »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Septembre à 09:32

    merci de cette selection et des infos,

    de la bio de cette artiste que j'aime bien,

    beaucoup meme

     

    pas mal des chansons proposées je les connais

    une tendresse particuliere pour ''La Petite Ecriture Grise''

      • Mardi 14 Septembre à 10:09

        Je l'ai découverte en rédigeant cet article et c'est effectivement une magnifique chanson pleine de nostalgique tendresse.

        Je trouve un peu dommage que les media n'aient pas mis plus d'éclairage sur son registre romantique.

    2
    Mardi 14 Septembre à 11:30

    Je ne me rappelais plus de cette chanson  J'aime cette chanteuse car elle interprète ces chansons avec humour. C'est vrai qu'elle est originale.

    3
    Mercredi 15 Septembre à 08:52

    Après avoir réécouté "La Parisienne" il fallait bien que je laisse un commentaire sur cet article.

    Intéressantes infos sur Marie-Paule Belle, j'ignorais certaines choses sur elle. On en apprend tous les jours c'est bien connu. 

    J'espère que les télévisions auront l'idée de l'inviter un jour sur leurs plateaux, elle le mérite. Cela vaut les chanteurs de maintenant (euh, si on peut appeler ça des chanteurs !?). Bonjour la soupe musicale indigeste qu'ils nous servent !  

    J'ai écouté la playlist, je ne connaissais pas certains titres.  

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :