• Liberté de paroles


    Lundi 2 Septembre 2019 à 11:04
    Pixelie25

    En réponse à un commentaire de Mad Hatter sur une playlist de Ray Ventura, j'ouvre ce sujet pour développer ma pensée ô combien profonde !

    J'écrivais : Aujourd'hui il serait impossible de gloser sur "cette petite queue qu'on mutile" sans avoir les ayatollahs de la bien-pensance sur le dos.
    Jusqu'en 2000, il y avait une certaine licence et tout le monde s'en foutait.
    Le progrès, sûrement...

    Et on retrouve cette opinion sur d'autres dans d'autres billets.

    J'ai la chance d'appartenir à une génération où la liberté était effective même si elle ne se manifestait pas forcément sous la bannière du bon goût.
    Ce qui il y a encore une dizaine d'années faisait sourire, provoquerait aujourd'hui les foudres de ceux que j'appelle pus haut les ayatollahs de la bien-pensance. Et c'est pire encore depuis l'élection du plus jeune président de la république et son régime passéiste, règne d'une novlangue aseptisée et lénifiante mais où le président-monarque peut, lui, se permettre de bons mots sur "ceux qui ne sont rien".

    Si en 1930 on pouvait blaguer sur les gays ou les juifs ou encore sur les femmes, ces mêmes paroles soulèveraient aujourd'hui des torrents d'indignation qui accuseraient les auteurs d'antisémitisme, de misogynie ou de "propos haineux". Et je ne parle même pas des Saint Just aux petits pieds du tribunal du Net !
    Une chanson comme La Zoubida de Lagaff est aujourd'hui inimaginable !

    Alors on peut s'interroger sur le devenir de la Culture et de sa liberté dans une société de plus en plus formatée et fliquée.

     

    Lundi 2 Septembre 2019 à 11:25
    Mad hatter

    Je pense que ça dépend de l'entourage. Pour ceux de ta génération certains se rappellent a quel point ça été difficile durant certaines périodes, et pas que pour (pendant aussi bien que) l'après guerre. (je pense notamment aux homosexuels pour qui c'était plus short, alors que maintenant les gens sont un peu plus ouverts d'esprit là dessus, et même si c'est pas le cas ils savent que c'est "pas bien" d'en penser du mal donc évitent en général de se montrer trop violents a ce propos). Pour ce qui est des blagues sur les juifs, quand certaines familles ont morflé je peux comprendre que ce soit pas super de blaguer dessus (après tout, on peut rire de tout mais pas avec tout le monde, et ta liberté s'arrête là ou commence celle des autres).
    Toutefois, lorsqu'il s'agit juste de moutons qui ont l'étiquette "Social Justice Warrior" sur le front je peux comprendre que ça devienne un réel problème, puisqu'ils sont pour la plupart, influencés par des stéréotypes monstrueux. Ironique, hein. D'ailleurs j'en parlais avec miss Swaloo dans ce sujet.

    Du coup bah... peu importe l'époque au final. Tu auras toujours ceux qui vont vouloir prêcher la bonne parole pour le plaisir de jouer les héros bêtement, puis tu as ceux qui seront plus ouvert (et porté auto-dérision). Ca dépend des milieux, des familles, de l'entourage, et de ton âge je pense. Parce que ton cerveau à un super truc qui s'appelle "nostalgie" et qui fout un super filtre rose bonbon choupi sur beaucoup de souvenirs, déjà bons comme mauvais.

    On est beaucoup trop fliqué mais pas de la façon dont tu penses, je crois (ex: les cookies sur le net et autres trucs abusifs pour suivre tes activités a la trace). Preuve est qu'il y a deux sites officiels sur lequel on est censé pouvoir se plaindre de cyber harcèlement mais aucune disposition n'est prise. Rien de ce qui a été prévu n'a été fait. (et même si la loi de youtube a été approuvée et voté malgré le nombre de pétitions... bah au final ça n'a pas tant changé non plus pour le moment).
    Et la pétition contre Orelsan soit disant parce que c'est un connard anti-féministe? Y'a un tas de crétins qui ont signés, pourtant derrière il a toujours énormément de fans. Y'aura toujours un tas de gens venant des deux bords. On a juste tendance à retenir le plus mauvais.




    Vous devez être membre pour poster un message.