• On a tous une certaine idée de l'Italie, comme souvent préconçue comme celle du Français avec le béret sur la tête et la baguette sous le bras : les gondoles, le Totocalcio avec la Juve et l'AC Milan, le chiantti, et la pizza, complètement dénaturée par les marchands de malbouffe !

    Et Toto Cutugno !

    L'histoire de Toto (je ne pouvais pas m'en empêcher !) c'est celle d'un succès européen qui reste encore dans les mémoires depuis 1983 : Italiano.
    Entre humour et romantisme, le chanteur y revendique haut et fort son identité culturelle à travers un refrain calibré pour rester dans la tête.

    Et comme je vous aime bien, je vous ajoute un lien vers une version moins connue et plutôt... inattendue.

    • Paroles et traduction

     


    4 commentaires
  • Je viens d'avoir un gros coup de cœur !

    Je vous présente Laura Ana Merello, plus connue sous le pseudo de Tita Merello, chanteuse et actrice argentine née le 11 octobre 1904, décédée le 24 décembre 2002.

    Celle que l'on baptisait La Vedette Rea (la vedette racaille) fut aussi surnommée la Piaf argentine, plus par les similitudes de sa vie et de son tempérament avec la Môme que par sa voix.
    Véritable icône dans son pays, elle pourrait être aussi considérée comme icône féministe dans une Argentine encore très machiste à l'époque.

    A preuve ce titre Se dice de mi (Ce que l'on dit de moi) qui, avec beaucoup d'autodérision met en pièces les qu'en-dira-t-on et pourrait se résumer ainsi "Cause toujours, je suis comme je suis !".

     

     


    1 commentaire
  • Petite incursion au Brésil pour faire connaissance avec celle qu'on n'hésite pas à surnommer "la Beyoncé brésilienne, Anitta.

    A seulement 27 ans la jeune femme est considérée comme une des femmes les plus puissante du Brésil par le journal Forbes.
    Artiste presque complète, elle est la reine du Rn'B latino et son succès s'étend jusqu'aux USA. A l'heure où les réseaux sociaux font (et défont) les célébrités, elle dépasse les 5 milliards de vue de ses ses clips.

    Pour la curiosité.

     


    1 commentaire
  • Rodrigo, chanteur argentin "aux cheveux bleus" est à la recherche de nouveaux titres pour son répertoire.
    Le frère de sa petite amie de l'époque, parolier novice, s'y colle et c'est peu dire qu'il est à la peine ! Lui vient soudain une phrase qui déclenche son inspiration.
    Quand Romero soumet son texte à Rodrigo Bueno, qui avait lui-même planché sur une chanson à la gloire de Marado, celui-ci fond en larmes. Il modifiera un peu la chanson, y ajoutant une dimension plus christique qui met Maradona sur un plan quasi divin.

    La chanson sort en 2000 et Rodriguo la chantera lors d'un concert à Cuba devant un certain... Diego Maradona (grand fan de Castro) qui y suit une cure de désintox. Profondément ému, Maradona étreindra le chanteur et lui glissera "Cette chanson... Hijo de puta !".

    Rodrigo meurt trois semaines après.

    Marado chantera cette chanson, comme le montre une séquence filmée par Emil Kusturica.

    Rodrigo avait prédit à Romero que "tout le monde va la chanter".
    Vingt ans après, quand El Pibo de Oro décède le 25 novembre 2020, c'est toute l'Argentine qui en fait un hymne.

     Paroles et traduction

     


    1 commentaire
  • Tita Merello, la Piaf argentineLe mois dernier je vous présentais une chanteuse que j'ai découverte par hasard mais pour qui j'ai eu un coup de foudre immédiat : Tita Merello.

    Pour nous, c'est un nom inconnu à moins d'être passionné par la culture argentine et le tango mais en Argentine elle est star au cœur du peuple dont elle est issue.

    Elle n'est pas spécialement belle et n'a pas la voix d'une Mercedes Simon ou d'une Azucena Maizani, stars de l'époque. Sa beauté sauvage, comme taillée à coup de serpe, est loin des critères habituels et colle aux rôles dramatiques qu'elle interprètera. On compare souvent "La Morocha" (la Brune) à la star italienne Anna Magnani.

    Elle a la voix gouailleuse, un peu acide à ses débuts mais dont la tessiture se réchauffera au fil de sa carrière.  Mais quand elle chante, elle y met tout son tempérament et ça, ça parle au cœur plus encore qu'aux oreilles.

    C'est peu dire que c'était mal barré pour celle qu'on appellera aussi "La Vedette rea" (la vedette racaille), qui continuera d'émailler ses propos de lunfardo (l'argot de Buenos Aires).

     

    Tita Merello, la Piaf argentine

     

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • Mas, que nada (en français : mais ce n'est rien) est une chanson qui nous vient du Brésil et qui a fait le tour du monde.

    Écrite et interprétée en 1963 par Jorge Ben Jor, elle sera popularisée par le pianiste Sergio Mendes et bien d'autres. J'aime bien aussi la version d'Elza Soares, chaude et dansante.

    Cette interprétation, par Lorena Galati entre autres pour Playing for Changes est plus intimiste.
    Un petit rayon de soleil !

    • Paroles et traduction

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique