• BTS - Les idoles des jeunes

    Ma nièce, jeune demoiselle de 14 ans, en est fan au grand dam de son père.

    BTS ? Mais cékoiça ?!

    J'en étais restée à notre bon vieux BTS (Brevet de Technicien Supérieur) aussi décidé-je de me documenter un peu plus puisqu'il parait que ce sont des stars.
    Donc direction la Corée puisque c'est par là-bas que ça se passe, celle du sud bien évidemment.

    Autant prévenir tout de suite : pour les quadragénaires et plus, je recommande de laisser au vestiaire nos a priori ainsi que notre vision d'occidentaux sur l'art et la musique en particulier avant de partir à la découverte des idoles des jeunes.

    BTS - Le phénomène de la Kpop

     

    K-pop : un contexte historique

    Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, la K-pop n'est pas un phénomène nouveau.

    La K-pop (Korean pop) trouve ses racines dans la présence des troupes américaines pendant la Guerre de Corée dans les années 50, quand les deux cultures musicales se rencontrent lors de concerts donnés par les GI sur les bases militaires.
    Les Coréens vont progressivement assimiler ces sonorités à leur musique traditionnelle, puis y intégrer les sonorités rock des 70's.

    Mais c'est dans les années 90 que la K-pop émerge et elle n'a pas grand' chose à voir avec un mouvement musical spontané.
    Après la signature des accords avec l'URSS mettant fin à la guerre froide (chaude le plus souvent !) dans cette région et la signature du pacte de "réconciliation" entre les deux Corée, la Corée du Sud connait de vastes mouvements de protestation estudiantins qui réclament une démocratisation du régime, qui entamera cette mutation entre 1990 et 1992.
    Mais la Corée est financièrement exsangue, sa jeunesse encore remuante et, pour trivial que cela puisse paraître à nos yeux occidentaux, les autorités culturelles et les acteurs de l'industrie du disque vont conceptualiser un style musical qui remplira deux rôles : fédérer et divertir la jeunesse d'une part et s'exporter en faisant entrer des devises d'autre part.

    1992 marque un tournant pour la K-pop avec le groupe pionner Seo Tai-ji and Boys, plus metal que dance, qui s'exportera vers le Japon et ouvrira ainsi le marché asiatique à la Korean pop.

    La popularisation des dramas fin des 90's, l'évolution du style qui intègre le hip hop, et surtout l'explosion des réseaux sociaux vont faire de la K-pop et de ses stars un vrai phénomène international dans lequel, même si le marketing prévaut sur l'artistique, la jeunesse se reconnait.

    Maintenant que le décor est planté, revenons-en à notre boys band.

    BTS le missile sud coréen

    Naissance et quête de sens

    BTS - Les idoles des jeunesLa formation, en 2013, de ce nouveau boys band ne diffère en rien de celle de leurs prédécesseurs. Elle est dans le droit fil de ce que les Chinois appellent la Hallyu et ne laisse aucune part au hasard.

    Comme tous les autres membres des boys bands coréens, les sept garçons qui formeront les BTS ont reçu une formation drastique en 2010 et 2011  chez le label Big Hit Entertainment,  formation qui ferait passer les Star Ac et autres The Voice pour des cours de récréation.
    A cette époque, Big Hit Entertainment n'est pas le label majeur sur le marché de la K-pop tenu par le "big 3", SM Entertainment, YG Entertainment et JYP Entertainment, qui impose ses choix aux artistes.

    Sélection et orientation artistique

    Parmi les "poulains" auditionnés ce jour-là par Big Hit Entertainment, sept seront sélectionnés pour l'excellence de leur niveau mais aussi pour leurs personnalités très stylées : Jin, l'aîné et Jimin au chant, Suga, J-Hope et RM qui assurent les parties rap, V en voix additionnelle et enfin Jungkook, le benjamin du groupe également au chant.

    Un coup de génie pour un pari gagnant

    Cette nouvelle formation aurait pu ne rester qu'un boys band de plus, machine à vendre des tubes auprès des minettes d'Asie sans le pari d'un homme.

    Bang Si-hyuk et BTS à ParisAlors que le "big 3" décide de tout pour ses artistes, le boss de Big Hit Entertainment va quant à lui prendre une décision risquée.

    En effet, Bang Si-hyuk, fondateur et patron de Big Hit Entertainment, va faire le pari novateur d'un groupe "naturel" en laissant aux sept garçons une liberté inhabituelle dans la K-pop à cette époque : liberté au niveau de leur image mais également une liberté artistique en les laissant écrire et composer leurs propres chansons. Du jamais vu en Corée !

    Mais c'est un pari gagnant car le groupe se forgera une identité propre qui fera la différence avec les autres groupes.

    3 lettres pour un symbole

    Ma petite blague du début était facile mais que signifie exactement BTS ?

    BTS est l'acronyme de Bangtan Sonyeondan qui se traduirait par "Boy-scouts à l'épreuve des balles" (litttéralement "Boys-scouts au gilet pare-balles").
    Cette appellation métaphorique est une allusion directe au système qui règne au sein même de la K-pop : BTS ne se laissera pas atteindre par les diktats des patrons des labels qui imposent des stéréotypes figés à leurs artistes en muselant leur créativité, pas plus qu'il ne se laissera atteindre par les critiques.
    BTS va même plus loin en se posant comme porte-parole et défenseurs de la jeunesse coréenne et de ses aspirations.

    SUGA en 2014Si une telle démarche est banale sur la scène occidentale, elle est exceptionnelle dans la société coréenne en général où le collectif prime sur l'individu, et dans le monde de la K-pop en particulier qui est loin de l'image un peu guimauve qu'elle véhicule.
    En décembre 2017, le suicide de Kim Jong-Hyun (chanteur du groupe  SHINee) provoqua une vive émotion chez les fans de K-pop à travers le monde qui découvrait l'envers du décor.

    Suga, un des rappeurs de BTS, évoquait lui-même ses problèmes dépressifs lors d'une interview en 2014 ainsi que dans leur chanson Tomorrow,  tandis que le monde culturel coréen connaissait une vague de suicides alarmante.

    Pour en revenir au nom du groupe, sa signification s'étend le 4 juillet 2017 dans le cadre de la campagne lancée par leur label. Nouveau slogan, nouveau logo et nouvelle signification donc, qui s'ajoute à leur identité initiale. BTS c'est aussi "Beyound the Scene" (Au-delà de la Scène),

    Cet ajout est significatif de l'évolution du groupe entre 2013 et 2017, quatre années qui ont montré que le pari pris par Bang Si-hyuk était le bon qui a permis à BTS de devenir le boys band le plus populaire du monde. Et plus encore.

    BTS - Les idoles des jeunes

    Des hits à l'ONU, l'exception BTS

    En huit ans BTS a ringardisé les boys bands tels que nous les connaissions en Occident, mais également tels qu'ils sont conceptualisés par les industries de la K-pop et de la J-pop.

    Du succès intranational à la gloire internationale

    Dès la sortie de leur premier album "2 Cool 4 Skools" en juin 2013, BTS s'impose dans les hits sud-coréens avec leur titre No more Dream. De 2013 à 2016 BTS engrange les récompenses dans le sud-est asiatique et conquiert le Japon face aux pointures de la J-pop.
    2016 est l'année de la consécration sur le marché asiatique, quand le groupe obtient un daesang  (la plus haute distinction) les sacrant "Artiste de l'année" lors des Mnet Asian Music Awards.
    Diffusés en Corée, en Chine, au Japon, à Singapour, en Indonésie, à Taïwan mais également au Canada et aux USA, qui comptent une puissante diaspora coréenne, les MAMA pulvérisent les frontières coréennes, entrouvrant à BTS les portes du succès international.

    La conquête de l'ouest

    Les nouvelles idoles atteignent un public de plus en plus large grâce aux réseaux sociaux où de nouveaux fans à travers le monde viennent rejoindre les fans asiatiques.
    En Europe, les fans de culture coréenne découvrent BTS en chair et en os lors de la KCon de Paris en juin 2016. Si à ce moment là c'est encore le groupe SHINee avec son charismatique chanteur Kim Jong Hyun (voir plus haut) qui tient le haut du pavé, leurs fans, les Shawols, se livrent à un énergique battle de "fan chants" avec les ARMY, fans de BTS.

    La fin de cette année 2016 va propulser BTS vers des sommets de la célébrité (c'est un euphémisme !).

    L'album "The Most Beautiful Moment in Life: Young Forever" (mai 2016) entre dans le top 50 des meilleures ventes digitales dans plus d'une dizaine de pays et le clip du titre Fire (une tuerie ce clip !) s'élève à la première place des clips i_Tunes aux USA ! (à ce jour il totalise plus de 250 695 190 vues).

    Sorti le 10 octobre, l'album "Wings" confirme l'ascension de la formation coréenne. Le clip du titre phare Blood, Sweat and Tears sera vu plus de 6,3 M de fois en 24h.

    BTS : le groupe de tous les records

    Si ces chiffres là sont déjà impressionnants, ils peuvent pourtant paraître dérisoires au regard de l'explosion de BTS à partir de 2017 qui est vraiment l'année de la consécration internationale.
    Devenu un véritable faiseur de vedettes (ou le contraire) et un baromètre de popularité, le Net s'enflamme pour BTS.

    Le 25 janvier 2017 le serveur dédié aux précommandes de leur extended album "You never walk alone" plante sous le nombre de demandes.
    Le 21 mai ils remportent le Top Social Artist lors du Billboard Music Award qui se déroule à Las Vegas et totalise plus de 300 millions de votes, détrônant  Justin Bieber ou Selena Gomez. Ce même jour il décroche un autre record, celui du groupe coréen le plus vu sur Youtube avec plus de 4 milliards vues, tous clips confondus !
    Le très sérieux hebdo Time Magazine désigne BTS comme faisant partie des 25 personnalités les plus influentes d'Internet le 27 juin.

    En 2018 il devient le premier groupe de K-pop à se placer en tête des 200 meilleures ventes d'albums aux USA au prestigieux classement Billboard.
    En 2019 BTS confirme l'exploit en plaçant 3 albums en tête du même classement Billboard en moins d'un an. C'est du jamais vu depuis les Beatles ! Leur clip Boy with Luv totalise 78 M de vues en 24h sur Youtube. Qui dit mieux ?

    BTS soi-même avec le clip Dynamite en 2020 qui totalise 100 millions de vue en 24 h. A ce jour le clip totalise 1 244 382 699 vues.

    A noter que Dynamite, de même que Butter et Permission to Dance sorti cette année sont des titres anglophones. Une mutation dans le répertoire de BTS ?

    Hors de question pour le groupe qui en mars 2019 déclarait déjà à Entertainment Weekly :
    "Nous ne voulons pas changer notre identité ou notre authenticité pour obtenir un numéro 1. Si nous nous mettions soudain à chanter entièrement en anglais, et à changer d'autres choses, alors ce ne serait plus BTS".
    Rap Monster (RM), le leader, concède que le groupe a accepté ce compromis le temps de la pandémie pour entretenir le buzz mais pour Jin "c'est contre nature" et il souhaite une réécriture de ces titres en coréen. Cohérent pour un groupe qui dispensait des cours de coréen à ses ARMY pendant le confinement.

    Enjeu politique vs enjeu économique

    Ce débat pourrait paraître assez secondaire sous nos latitudes où les artistes passent d'une langue à l'autre, adaptant même leurs tubes pour d'autres pays mais en Corée la question est loin d'être secondaire et il n'est pas à exclure que BTS soit pris entre le marteau du nationalisme et l'enclume du business.
    En juillet, Moon Jae-in, président de la Corée du Sud, a nommé BTS comme ses envoyés spéciaux et le communique du bureau de la présidence ne laisse que peu de doute quant au choix linguistique : "Nous attendons de BTS qu'il contribue grandement à rehausser le prestige de notre pays en tant que nation leader dans l'ère post-Covid".
    Autre son de cloche avec le vice-président de Big Hits Entertainment, Shin Young-Jae, plus près du tiroir-caisse, qui déclare avec un brin de cupidité sans rapport avec le fait que le label soit côté en bourse grâce aux milliards de dollars que rapportent BTS : "[chanter en anglais est] une preuve de leur force, de la manière dont ils peuvent prendre en considération les besoins de la société".
    Mais BTS tient bon et leur parcours parle pour eux.

    BTS - Les idoles des jeunes

    BTS porte-parole d'une jeunesse en quête de sens

    Quand Bang Si-hyuk prit la décision de laisser aux 7 de BTS une liberté artistique jusqu'alors inconnue en Corée, a-t-il imaginé l'incroyable carrière de ses poulains ? A-t-il même imaginé que ces 7 jeunes Coréens deviendraient Ambassadeurs de la jeunesse auprès de l'ONU ?

    Des textes engagés

    Sans briser les codes de la K-pop, BTS a su se forger une identité propre, par son propre travail et son propre engagement.
    BTS a su garder son identité visuelle où chaque individu conserve son identité ce qui n'est pas anodin dans les sociétés asiatiques où la jeunesse est "uniformisée", jusque dans le look des boys bands, propret et standardisé, géré par les majors.
    Dans leur musique comme dans leurs clips, le groupe a parfaitement intégré les codes urbains du hip hop et, sans verser dans les excès du gangsta rap, casser l'image lisse véhiculée par la K-pop. Musicalement, ils ont su faire évoluer leur son en fusionnant hip hop, pop et également des sons plus électro jazz (comme dans Dope).

    Mais ce qui différencie BTS de ses homologues réside dans les textes de leurs chansons dans lesquels ils abordent les problèmes de la jeunesse coréenne... qui s'avèrent être ceux d'une grande partie de la jeunesse mondiale : la dépression, l'estime de soi, le suicide, la cause LGBT et le droit des minorités, l'éducation, le féminisme, le traitement de l'information et même le fonctionnement de l'industrie musicale. Dès lors, comment s'étonner de leur succès auprès des jeunes ?

    Des actes concrets

    Dès 2016, V lance une phrase qui va devenir le slogan de BTS et des ARMY, tandis que le violet (couleur haute de l'arc-en-ciel) va symboliser à la fois l'amour partagé entre le groupe et les fans mais aussi l'amour de soi et des autres. La phrase "I purple you" sera reprise par l'UNICEF pour sa campagne "Love Myself" ou "Génération sans limite", en partenariat avec le groupe.
    Pour défendre cette cause, BTS est convié à l'ONU où Kim Nam-joon, alias RM prendra la parole.

     

    Transcription intégrale BTS ARMY France

    Mais BTS ne se contente pas de discours puisque le groupe ainsi que le label BHE apportent une contribution financière au projet.
    Entre autres causes, BTS fera également un don au mouvement Black Lives Matters.

    Conclusion personnelle

    En m'attaquant à cet article sur un artiste et un genre pour moi presque totalement inconnus, j'ignorais ce qui m'attendait !
    Pas un instant je n'aurais imaginé qu'il y eût tant à dire sur BTS que je ne voyais que comme un épiphénomène de mode.
    J'ai compulsé des dizaines d'articles de presse et du Net, visionné des clips (ça, ce fut un peu dur ! ☺), écouté des interviews et je me rends compte à quel point l'attitude "vieux con bardé de certitude" peut être néfaste à la compréhension d'un monde qui évolue et d'une jeunesse qu'on veut ramener à ce que fut la nôtre.
    Je sors de cet article plus ouverte que je pensais l'être naturellement et plus humble aussi.

    L'effet BTS ?

    Site officiel

         

    ADDENDUM : la loi BTS

    Dans l'échange avec Hatsushiro au cours duquel j'évoquais l'impact financier du groupe sur les finances de la Corée du Sud, sur l'emploi ainsi que sur la position boursière de leur label, je mentionnais les répercutions qu'aurait le service militaire auquel sont soumis les membres de BTS. N'ayant pas abordé ce problème dans mon article, cet addendum devrait réjouir tous les ARMYs (¿).

    Dans ce contexte, le parlement a adopté en décembre 2020 un amendement permettant de repousser l'appel sous les drapeaux de certaines catégories de jeunes gens.
    Comme quoi dès qu'il est question de gros sous, il y a toujours des solutions...

     

     

    « Epic Symphonic Rock-KashmirLast Night - The Mar Keys »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 19 Septembre à 14:12

    J'avoue ne jamais m'être spécialement intéressé aux trucs coréens (déjà j'aime pas leur langue ni leur dictateur, ni leur façon de valoriser la chirurgie plastique et dégager les groupes de jeunes qui deviennent "trop vieux", et j'en passe.... puis les chansons sont... bah... je comprend rien de ce qu'ils disent. xD le jap encore ça passe, je connais des termes, y'a des artistes et des animes qui m'ont intéressés.. mais le coréen surtout avec un accent de mort.. je pige rien, c'est que des jeunes qui doivent faire mouiller des gosses/ados, ça a zéro intérêt pour moi (mais on verra ça dans mon pavé suivant)).

    Ceci dit, AU DELA de certains clichés et faits: Déjà, gg pour le gros boulot d'investigation. :'D C'est énorme. Et ensuite: je pense que BTS se fait facilement enfoncer (comme certains rares autres groupes qui pourraient être appréciables) a cause des NOMBREUX autres groupes qui ne se forment clairement que pour le marketing. De 1: faut que ce soit des BG (filles et/ou garçons assez jeunes) à la plastique de rêve. 2. véhiculer des idées random sur l'amour, les peines de coeur avec des clichés sur la vie à l'école et le harcèlement (parce que ça touchera un max de gens). Bref. Des trucs pas jojo en surnombre ça donne un cliché sorti de quelque part, mais du coup TOUT les groupes en pâtissent. :o

    J'ignorai que BTS sortait autant du lot (1- déjà parce que je m'en foutais pas mal, mais surtout: 2- des gamines m'ont déjà assez pété les couilles avec leurs mouillettes (pardon mais quand leur seul argument pour m'assommer avec c'est "mais il est si booooooo" bah... ça me saoule? x) ou pire 3- quand je posais la question sur "mais ils disent quoi?" on me sortait un copié collé d'une traduction toute pétée qui à mes yeux n'avait AUCUN putain de sens. Donc oui, à force je me suis dit qu'ils étaient vraiment comme tout les autres Boys/Girls band random. :')

    C'est pas QUE à cause des clichés et des gens non concernés en fait. Ironiquement je trouve que c'est leur propre commu (leur mentalité générale en tout cas) qui les desservent énormément. :o 

      • Dimanche 19 Septembre à 20:37

        Le dictateur c'est en Corée du Nord, au sud c'est une démocratie.

        Question chirurgie esthétique et jeunes vedettes qu'on jette dès qu'elles ne sont plus "bankables", nous n'avons rien à leur envier et je dirais même plus : nous leur avons montré l'exemple, ils l'ont appliqué en poussant plus loin les règles.

        Cela fait 40 ans que la jeunesse occidentale fantasme sur la culture pop asiatique. J'en ai mangé du manga avec mes enfants accros à Goldorak, Albator et autres Chevaliers du Zodiaque dans les années 80 !
        Mais je peux affirmer sans craindre de me gourer que si tu envoyais des jeunes Français au Japon ou en Corée (du sud, of course), ils reviendraient horrifiés, peu habitués à la discipline imposée là-bas. Je pense que les jeunes fans occidentaux ne mesurent pas vraiment la réalité qui se cache derrière ces phénomènes culturels.
        Qu'il s'agisse du visual kei, de la J-pop ou de la K-pop, etc., le public aborde les cultures qui lui sont étrangères sans vraiment aller au fond des choses (voire pas du tout, on en revient à la paresse intellectuelle).
        Je pense que c'est tout aussi valable pour le rap quand la jeunesse française n'était même pas foutue de savoir ce qui se passait de l'autre côté du périph ou encore le black metal sans connaître l'histoire sanglante des conversions au sabre plus qu'au goupillon par les troupes catholiques dans les pays nordiques.

        Pour en revenir à BTS, sans la vision complètement novatrice de Bang Si-hyuk c'est simple : BTS n'existerait pas ! En tout cas pas tel qu'ils sont. Là-bas, comme je l'explique, les bands ne se forment pas spontanément, ce sont des produits marketing.
        BTS est vraiment une exception dans la K-pop.

        Pour le moment, ils sont quasi inattaquables !
        J'ai bien réfléchi à la question tandis que je me documentais et, au terme de mon article, je suis arrivée à un constat presque évident :  ils sont devenus un tel phénomène sociétal, avec une notoriété JAMAIS atteinte par un artiste coréen que ni le directoire de Big Hit Entertainment, ni un quelconque label du "big 3" ne peut plus les stopper, ni les faire rentrer dans le rang.
        Mais, surtout, pour BHE ce serait une catastrophe financière.

        BTS rapporte des milliards de dollars à la Corée du Sud. Ils génèrent à eux seuls 97 % des profits de BHE qui, en octobre 2020 lors de son entrée à la bourse coréenne, a vu son titre plus que doubler sa valeur d'introduction pour atteindre une capitalisation de 6,5 milliards d'euros ! La sortie de Dynamite a encore fait grimper la valeur des actions de par son classement aux USA. Et je ne te parle même pas du nombre d'emplois créés depuis que le groupe s'exporte !
        Alors difficile d'imaginer que même le cupide Shin Young-jae tue la poule aux œufs d'or !
        Petit "détail" que je n'ai pas mentionné dans l'article : le service militaire.
        Logiquement, à la fin de l'année c'est Jin qui s'y colle puis les autres, à raison de 20 à 24 mois selon l'arme où chacun sera versé. Comme ils sont nés entre 1991 et 97, imagine ! Pendant près de 10 ans minimum BTS ne pourra plus se réunir !
        A l'idée de l'impact économique, gouvernement, dirigeants de BHE et actionnaires se chient dessus !
        A moins que la réflexion engagée en Corée depuis 2005 sur la réforme du service militaire ne soit accélérée et fortement influencé par le phénomène BTS... Le gouvernement réfléchit déjà à d'éventuelles exemptions.

        Quant à enfoncer BTS artistiquement parlant, là aussi, peu de chance.
        D'une part parce que BTS fonctionne grâce à la synergie qu'ont développée les 7 artistes, tant du point de vue artistique que personnel, et d'autre part parce que "construire" un band concurrentiel serait long et très aléatoire.
        Faire rentrer BTS dans le rang qu'ils ont rompu ? peu de chance car visiblement ces mecs sont bien plus couillus que ne le laisseraient croire leurs brushings.
        Ils seraient parfaitement capables soit de s'auto-produire, voire de se barrer sous un label nippon ou américain !
        Et bonne chance au boy band qui voudrait les détrôner ! Il se ferait dézinguer en ligne par les ARMYs de BTS !

      • Lundi 20 Septembre à 18:00

        Je sais, je pense qu'on connais maintenant un peu tous ce famoso Kim (le censureur de Winny l'Ourson, lel). :')

        Alors, 1- des vedettes/stars qui font de la chirurgie chez nous, déjà c'est moins courant et moins poussé que chez les ricains. 2- Ensuite, ça relève d'un choix PERSONNEL (par peur de la vieillesse/mort ou juste pour "avoir l'air sexy" peut être, mais ça reste un CHOIX perso et VOULU). Ensuite, 3- des stars qui ont plus de 12-15 ans et font le buzz, sont connus, appréciés, et qui continues, il y en a pas mal en France. (je ne l'apprécie clairement pas mais Gims a un public de jeune et est très longtemps resté dans le top, si pas encore aujourd'hui). Chez nous quand un groupe de jeun's s'arrête c'est bien plus parce que leur "buzz" est terminé que parce qu'ils ne font plus assez jeunes (le deuxième cas est même rare). 4- Je me rappelle avoir vu des documentaires ou on voyait des producteurs qui poussaient "franchement" (pour ne pas dire forcer ou faire du chantage) à leurs Idoles pour qu'elles fassent de la chirurgie et/ou s'injectent des produits pour tirer leurs trais, sans parler des doses de maquillages ou de façon de "blanchir la peau".... bref. Le malsain à son paroxysme. ^^'
        Du coup non, c'est pas juste un cliché gratis sorti de nulle part. Et si on y pense quand on parle de boys/girls band Coréen c'est pas pour rien. C'est ultra poussé chez eux (dans nos années actuelles peut être moins, je ne suis plus au jus depuis une dizaine d'années, mais en tout cas ça l'a été longtemps et abusivement. le témoignage d'une ancienne idole coréenne qui s'était défigurée trop jeune pour rester la star d'un groupe, et qui regrettait beaucoup en chialant... ça m'a vraiment dégoûté encore plus de la K-pop, je n'avais pas envie d'encourager ça même dans l'hypothèse ou j'aurais pu apprécier leurs chansons/style).

        Perso j'adore les animés/manga et groupes(ou solo) de Jap (plus ceux qui sont à leur compte comme l'était Kanon quand j'étais ado par exemple) qui font les génériques (ou juste de la chanson tout court) mais je SAIS dans quelle situation ils vivent, évoluent, je connais leur culture et je confirme: j'aimerai éventuellement découvrir des zones et leur culture sous certaines formes mais j'aimerai pas y vivre et n'en ai jamais eut l'intention. xD Les gosses se plaignent de nos écoles mais ils en chierait là bas! C'est tellement plus stricte et la pression est tellement plus importante. Je suis le premier à les ramener à la réalité quand je vois des fans hardcore qui me sortent "woaaa le jap cé tro bien mes paren y son nuls je veux allé au jappon".

        BTS à vraiment l'air d'une exception en effet! :) C'est ce que je trouve rassurant et abaisse mon niveau de "méfiance" vis à vis de ça. x) (même si... bah, les goûts restent les goûts, au moins eux je sais que dans le fond y'a pas de magouilles chelou).

        J'avais vu un article d'une eklablogueuse à propos de leurs "séparation" à cause de leurs services militaire à venir en effet. :o 

        C'est plaisant de voir qu'ils ont des balls! xD Si ils peuvent encourager d'autres groupes à suivre, faire espérer des jeunes, et changer un peu certaines choses ce sera extra! :)

    2
    Dimanche 19 Septembre à 18:27

    Merci pour cet article, il était super intéressant à lire ! bravo pour tes recherches, aussi.

    Je connais ce groupe depuis 2016, et j'aime beaucoup le groupe, notamment pour ses musiques (et aussi pour leur talent de chanteur parce que l'auto-tune maintenant ça y va de plus en plus). Je ne me suis jamais intéressée aux paroles de leurs musiques, il faudrait que j'aille voir un jour, maintenant que cet article est posté ça m'a rendue curieuse x)

      • Dimanche 19 Septembre à 20:51

        Hey ! Merci Lewis !

        Je ne pensais pas qu'il y eût tant à dire sur eux, surtout avec seulement 8 ans de carrière mais au final j'ai découvert que BTS est un vrai phénomène sociétal (et, accessoirement politico-économique).

        Cela dit, je n'accroche pas, à part des titres comme Fire, Jump, NO ou War of Hormone, plus dans mon vieil ADN hard core !

        Ravie que mon article t'aie intéressée.

    3
    Licorne59
    Dimanche 19 Septembre à 21:35

    Bonjour ma Copine

    Tu nous as déjà habitué à des articles documentés mais là, tu t'ai laché !

    Mes petits enfants me bassinent avec ce groupe et c'est tout juste si ils ne me traitent pas de vieille schnoque. J'ai tout lu même les commentaires et maintenant je vais leur clouer le bec ! happy

    J'espère que tu peux de nouveau marché ? Fais attention, pas de jogging !

    Bisous ma Copine

      • Dimanche 19 Septembre à 21:43

        Ne frime pas trop quand même smile

        Nous ne serons plus là quand ils seront grands parents à leur tour (déjà parents suffira) mais j'aimerais voir leur tête en découvrant qu'ils sont à leur tour devenus has been.

        On me retire le plâtre mardi mais pas terrible au niveau de l'os donc je garde les broches et les béquilles ! Pour le jogging, le dernier qui m'a vue courir n'est pas jeune et celui qui me verra courir n'est pas né !

        Gros becs ma Ch'ti !

    4
    Lundi 20 Septembre à 09:24

    Bonjour ma petite Pixelie,

    Je connais un peu ce groupe coréen pour les avoir vu à la télévision aux infos de M6. Pas trop mon truc leur musique mais il faut aimer, ce sont surtout les jeunes qui aiment.

    Bravo pour ce long article intéressant à lire, j'adore lire donc ça ne me dérange pas. On verra si les BTS dureront dans le temps, il y a tant de groupes éphémères...

     

    Je me suis permise de lire les commentaires et j'apprend que tu as un plâtre, bon courage et bon rétablissement !

    Passes une bonne journée et une agréable semaine mon amie smile Gros bisous

    Florence

      • Lundi 20 Septembre à 12:30

        Tu te doutes que le côté musical ne me branche pas hormis les titres que je cite à Lewis, et encore ! Si je m'ennuie ou que je clique par hasard car je ne me dirai pas naturellement "Ah ! tiens... je vais écouter BTS.

        BTS sera éphémère au niveau artistique mais comme je le dis dans ma réponse à Hatsushio, ce qui m'a frappée pendant mes recherches, c'est l'impacte sur la société coréenne et l'économie. Trouve un artiste français qui rapporte 6,5 milliards (uniquement en capital boursier) à son label, ben... y en a pas ! Alors ajoute les devises qu'ils rapportent avec la vente de leurs albums, des produits dérivés, les contrats pub (Mac Do et Louis Vuitton).
        Je n'ai pas trouvé le chiffre mais quand tu mets à côté les recette de l'état français pour juin 2020 et que tu arrives à 126 milliards d'€, ça fait flipper !

         

    5
    Lundi 20 Septembre à 09:43

    J'en avais vaguement entendu parler... et peut-être vu quelques clips sur YouTube ? Chaque génération à ses idoles et pourquoi pas ? Ceux-ci sont aussi valables que les précédents et puis si ça fait rêver ta nièce, il n'y a pas de mal ! Qu'elle rêve tant qu'elle le peut encore... Après la vie nous empêche de plus en plus de la faire, alors ! Et bien que ce ne soit pas mon genre de musique, ils se débrouillent vachement bien ! Il dansent bien et surtout, ils sont beaucoup de charisme. Je leur souhaite une longue carrière et encore beaucoup de rêves à ta nièce.

      • Lundi 20 Septembre à 12:49

        Clairement ce n'est pas notre génération mon cher Fred, même si nous avons connu une période boys et girls bands.

        Je doute que les fans de BTS se préoccupent vraiment de ce que représente vraiment ce phénomène.

        Quand tu as visionné le clip "Fire", il n'y a rien qui t'a frappé au début (0:54mn) ? Une résurgence de 1975... Non ?
        Tu ne vois pas ? Perso, ça m'a sauté aux yeux !

        1975, sortie de l'album de Pink Floyd "Wish you were here" dont voici la pochette :

        Il y a comme une référence ou je rêve ?

    6
    Lundi 20 Septembre à 12:00

    Salut

    merci de ce partage,

    bon j'ai écouté certaines chansons,

    j'aime pas tout, que quelques morceaux me plaisent

    mais comme de nombreux groupes, je passe ........ a ecouter parfois mais pas souvent, pour moi LOL

      • Lundi 20 Septembre à 12:56

        Le but n'est pas tant de faire aimer que de faire comprendre au-delà de notre vision arrêtée sur notre propre vécu.
        C'est ce volet qui m'a poussée à faire cette "étude" (Ah ! les chevilles !)

        pas ma chope de bière non plus mais au moins, maintenant je sais de quoi il retourne :D

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :